Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

L’homme qui souriait

Accueil > Fiches de lecture > L’homme qui souriait

Fiche de lecture publiée le 21 septembre 2016

L'homme qui souriait

Kurt Wallander, le commissaire de police suédois d’Ystad, est en arrêt maladie depuis presque un an. Il est en dépression et incapable de reprendre le travail. Rien n’y fait, pas même la venue de Sten Torstenson, l’un de ses amis, qui vient lui apprendre que son père, Gustav Torstenson, a été retrouvé mort sur le bord de la route. Sten ne croit pas à une mort naturelle, et souhaite que Wallander enquête.

L’intéressé refuse de reprendre du service ; mais lorsqu’une semaine plus tard, il apprend que Sten Torstenson a été assassiné, il rentre à Ystad, et devant ses collègues incrédules, retourne au travail pour découvrir l’auteur de ce crime.

L’enquête progresse plutôt bien, et le retour de l’inspecteur donne des ailes à l’équipe. On commence à trouver des indices, des choses étranges, des lettres de menaces. Wallander est même victime d’un attentat – qui échoue – à la voiture piégée.

L’enquête s’oriente vers un riche industriel suédois, Alfred Harderberg, le propriétaire du château de Farnholm. Un homme affable, toujours souriant, sûr de lui.

C’est « du grand Mankell ». Le rythme est intense, et les éléments qui ont fait le succès du commissaire Wallander sont là : un policier vrai, avec ses trais de génie et ses faiblesses humaines, sa souffrance personnelle, ses doutes, son obstination maladive qui le pousse à aller jusqu’au bout de l’enquête, coûte que coûte. La vie du commissariat d’Ystad, les relations avec le chef, avec le procureur, les caractères des uns et des autres ; on se sent proche de toute cette équipe, on est captivé par le rythme et par la crédibilité de l’histoire.

Wallander est humain, ce n’est pas un super héro, et c’est pour cela que je l’aime. De plus, le style est vraiment « réel » ; ce ne sont pas des dialogues factices, on assiste en temps réel, comme un spectateur, au déroulement de l’enquête.

Malheureusement, ce livre n’existe pas encore sous forme d’ebook

Autres critiques sur ce livre :

L'auteur de cette fiche

Eric Le Meur

Eric Le Meur

Administrateur de ce site web, créateur des Éditions Blanche de Peuterey. Parce que la lecture nous fait du bien, et que grâce aux techniques nouvelles, on peut plus facilement diffuser de bonnes choses.

Voir tous les articles de cet auteur