Le blog des Editions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

Une main encombrante

Accueil > Fiches de lecture > Une main encombrante

Fiche de lecture publiée le 20 septembre 2018

Henning Mankel, 2014 pour la traduction française.

« un petit bonus », pourrait-on dire. Comme Mankell l’explique lui-même au début de l’ouvrage :

« Une première version de ce livre a vu le jour il y a un certain nombre d’années. Plus tard, la BBC, qui se l’était procuré, a décidé de s’en inspirer pour le scénario d’un épisode de sa série « Wallander », avec Kenneth Branagh dans le rôle du commissaire. Après avoir vu le film, j’ai relu la nouvelle : elle recelait assez de vie en elle pour mériter une nouvelle édition enrichie. C’est ainsi qu’une seconde version a été publiée récemment.

Chronologiquement, ce récit se situe juste avant l’Homme inquiet, titre qui clôt la série.

Il n’y aura pas d’autre enquête avec Kurt Wallander ».

Le roman est assez court, et pourrait-on dire, assez noir. En tout cas, on voit de plus en plus apparaître les difficultés personnelles de santé et d’angoisse de Wallander, qui le conduiront à la fin de sa vie dans le dernier opus, l’Homme Inquiet. La précision chronologique est donc fort appréciable.

Wallander, depuis un certain temps déjà, voudrait acheter une maison, et avoir un chien. Son collègue Martinsson lui propose d’en visiter une : il est l’exécuteur testamentaire de l’un de ses cousins, malade, et il est chargé de vendre sa maison.

Wallander s’y rend. Et en se promenant dans le jardin, il découvre une main. Une main qui traîne part terre. Il fait creuser le sol, et découvre un cadavre. Manifestement, un cadavre d’une cinquantaine d’année, sans plus de précision.

Comme à son habitude, quelques temps plus tard, Wallander retourne seul sur la scène de crime, et il est surpris par quelques groseilliers qui ne semblaient pas plantés au bon endroit. Là encore, il fait creuser le sol, et découvre un second cadavre.

Qui sont ces deux personnes enterrées depuis cinquante ans, et qui, selon le légiste, sont mortes par homicide ? Commence alors une enquête compliquée, à cause du délai depuis la mort et de l’absence totale d’information.

Si vous voulez découvrir Mankell et son héro Wallander, ce n’est pas le premier livre à lire. En revanche, si vous êtes habitués au policier suédois d’Ystad, ce court roman est un bon complément. Même si, comme je l’ai dit au début, il est assez noir. Non pas à cause de l’histoire, mais à cause de la déprime et de la longue descente dont le héros est victime.

Le récit est accompagné par une sorte de testament de Mankell, dans lequel il explique la genèse de Wallander. Il nous raconte également l’historique de ses romans, ainsi que certains détails personnels sur sa vie.

L'auteur de cette fiche

Eric Le Meur

Administrateur de ce site web, créateur des Éditions Blanche de Peuterey. Parce que la lecture nous fait du bien, et que grâce aux techniques nouvelles, on peut plus facilement diffuser de bonnes choses.

Voir tous les articles de cet auteur