Le blog des Editions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

Les huit montagnes

Accueil > Fiches de lecture > Les huit montagnes

Fiche de lecture publiée le 18 octobre 2018

Paolo Cognetti, 2016, Prix Medicis étranger 2017

Je découvre ce livre par hasard au rayon « librairie » d’une grande surface, et je tente l’aventure. Et assez rapidement, je suis pris par l’histoire, racontée à la première personne. Même si le nom n’est pas le même, on comprend que la vie de Pietro est vraisemblablement celle de l’auteur, Paolo Cognetti.

Une vie, au fond, assez semblable à la mienne, tout au moins au début, et c’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles j’ai rapidement accroché avec ce livre. Nous découvrons l’histoire d’un jeune garçon de Milan, Pietro, fils de deux amoureux de la montagne. A tel point que sa mère trouve un vieux chalet dans un village du Val d’Aoste pour y passer l’été. Pietro se lie d’amitié avec Bruno, jeune de son âge de la vallée, et qui garde les vaches de son oncle.

Alors que Pietro grandit, son père l’emmène en montagne avec Bruno.

Apprentissage de l’altitude, amitié, relations père-fils qui sont de plus en plus compliquées au fur et à mesure que Pietro grandit. Les parents de Pietro font tout ce qu’ils peuvent pour apporter à Bruno une éducation culturelle, pour l’aider dans la lecture, pour lui apporter un peu de chaleur familiale qu’il ne trouve pas chez lui.
Pourtant Bruno ne partira pas habiter avec eux à Milan comme ils le souhaitent, ni étudier au collège. Il restera dans la vallée, et deviendra maçon avec son père.

Pietro grandit, et sa volonté d’émancipation également. Dans les années 90, la mode de l’escalade libre est une sorte de ballon d’oxygène pour la jeunesse de l’époque qui en a assez de marcher sur les sentiers et les glaciers. Pietro découvre les amitiés « libres », les filles, un métier qu’il veut faire et non celui que son père pensait lui imposer. Les relations familiales se distendent.

A la mort de son père, Pietro redécouvre sa mère et retourne voir Bruno. Il apprend que son père a acheté un terrain pour lui, et Bruno l’aide à construire une maison. Quelques temps après, Bruno commence une activité de production de fromage avec sa compagne.

Un livre poignant et triste à la fois, car Pietro n’a pas su élever son âme, alors qu’il était en contact avec la nature et l’infini. C’est un peu dommage, et l’on éprouve un certain sentiment de gâchis à la fin du récit. Pietro reste un célibataire chronique, incapable de générosité envers autrui, uniquement centré sur lui-même. Bruno est plus altruiste, mais se laisse dépasser par les événements et la charge de travail de sa fromagerie, qui aura raison de son couple.

L’histoire est très actuelle. L’auteur Paolo Cognetti est né en 1978, il a la quarantaine. Le style est agréable, sans longueurs excessives. Les dialogues sont vrais.

Il n’empêche, comme je l’ai dit, que je suis déçu par la dimension humaine : la beauté de la montagne et l’amitié, normalement, peuvent porter à l’altruisme (comme le père, au fond) Tandis que Pietro, le héros, sombre jusqu’à présent dans une solitude facile qui conduit à la tristesse.

L'auteur de cette fiche

Eric Le Meur

Administrateur de ce site web, créateur des Éditions Blanche de Peuterey. Parce que la lecture nous fait du bien, et que grâce aux techniques nouvelles, on peut plus facilement diffuser de bonnes choses.

Voir tous les articles de cet auteur