Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

Pandemia

Accueil > Fiches de lecture > Pandemia

Fiche de lecture publiée le 21 octobre 2016, écrite par Eric Le Meur

Pandemia

De Franck Thilliez, 2015

Sans vouloir choquer personne, j’aimerais commencer en disant « Enfin un polar français bien fait ! ». Habitué que je suis aux maîtres du genre tels que Connelly ou Deaver (ou d’autres auteurs de romans policiers de la même veine), j’ai toujours eu beaucoup de mal avec les policiers français. Franck Tilliez nous livre un opus très documenté, très précis, vivant, rapide, sanglant parfois, noir et effrayant. C’est peut-être là sa différence avec les auteurs américains. Chez Thilliez, les héros ou les amis des héros meurent. Il y a des histoires parallèles, qui viennent étoffer l’affaire, le tout constitue un épisode complet.

Pandemia peut se lire sans avoir connaissance des épisodes précédents. Mais sachez qu’il y a d’autres livres avant.

Deux affaires qui ne semblent pas liées entre elles : on découvre des oiseaux morts dans un parc naturel dans la baie de Somme, et un homme est retrouvé assassiné près de chez lui, dans la forêt, alors qu’il promenait son chien.

L’Institut Pasteur est mandaté pour enquêter sur les causes de la mort des oiseaux (s’agit-il d’une grippe aviaire ?) et le lieutenant Sharko est envoyé sur les lieux du crime.

Puis tout s’accélère. On retrouve d’autres cadavres à coté de celui de l’homme assassiné ; une technicienne de l’Institut Pasteur se suicide. La grippe semble atteindre les humains. Jusqu’à ce que Sharko comprenne que les deux évènements sont liés : quelqu’un veut déclancher une épidémie de grippe, qui aura comme conséquence une paralysie du pays. Au 36, quai des Orfèvres, le siège de la PJ à Paris, c’est un peu l’hécatombe (la grippe frappe une bonne partie du personnel) et l’effervescence, car manifestement, quelqu’un en veut personnellement au Commissaire Bellanger et à sa compagne.

Le roman est parfois un peu noir, voire sordide. Mais il est difficile de le lâcher. Parce que le style est vraiment vivant et rapide. L’auteur explique à la fin comment il s’est documenté, et c’est vrai, on a l’impression d’y être.

Conseils aux parents Je ne le mets pas dans mes « Coup de cœur » à cause du coté glauque. Mais si vous avez le cœur bien accroché, allez-y, ça vaut la peine.

L'auteur de cette fiche

Eric Le Meur

Eric Le Meur

Administrateur de ce site web, créateur des Éditions Blanche de Peuterey. Parce que la lecture nous fait du bien, et que grâce aux techniques nouvelles, on peut plus facilement diffuser de bonnes choses.

Voir tous les articles de cet auteur