Le blog des Editions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

Lettres aux Eglises

Accueil > Les livres que nous éditons > Extraits > Lettres aux Eglises

Article publiée le 17 octobre 2018

Sur son chemin vers Rome, en captivité, saint Ignace d’Antioche écrit sept lettres. Six sont adressées à des églises, une est adressée à Polycarpe, évêque de Syrme.

Sur cette carte, nous avons localisé ces différentes églises :

Toutes les lettres sont marquées par un encouragement sincère à l’unité, en particulier autour de l’évêque.

Extrait de la lettre de saint Ignace d’Antioche aux Éphésiens

Ignace, dit aussi Théophore, à celle qui est bénie en grandeur dans la plénitude de Dieu le Père, prédestinée avant les siècles à être en tout temps, pour une gloire qui ne passe pas, inébranlablement unie et élue dans la passion véritable du Christ, par la volonté du Père et de Jésus-Christ notre Dieu, à l’Église digne d’être appelée bienheureuse, qui est à Éphèse d’Asie, salut en Jésus-Christ et dans une joie irréprochable.

J’ai accueilli en Dieu votre nom bien-aimé, que vous vous êtes acquis par votre nature juste, selon la foi et la charité dans le Christ Jésus, notre Sauveur ; « imitateurs de Dieu » (cf. Ep 6,1), ranimés dans le sang de Dieu, vous avez achevé en perfection l’œuvre qui convient à votre nature. Vous avez appris en effet que je venais de Syrie enchaîné pour le Nom et l’espoir qui nous sont communs, espérant avoir le bonheur, grâce à vos prières, de combattre contre les bêtes à Rome, pour pouvoir, si j’ai ce bonheur, être un véritable disciple ; et vous vous êtes empressés de venir me voir. C’est donc bien toute votre communauté que j’ai reçue au nom de Dieu, en Onésime, homme d’une indicible charité, votre évêque selon la chair. Je souhaite que vous l’aimiez en Jésus-Christ, et que tous vous lui soyez semblables. Béni soit celui qui vous a fait la grâce, à vous qui en étiez dignes, d’avoir un tel évêque.

Pour Burrhus, mon compagnon de service, votre diacre selon Dieu, béni en toutes choses, je souhaite qu’il reste près de moi pour faire honneur à vous et à votre évêque. Quant à Crocus, digne de Dieu et de vous, que j’ai reçu comme un exemplaire de votre charité, il a été pour moi un réconfort en toutes choses : puisse le Père de Jésus-Christ le réconforter lui aussi avec Onésime, et Burrhus, et Euplous et Fronton ; en eux c’est vous tous que j’ai vus selon la charité. Puissé-je jouir de vous en tout temps, si je puis en être digne. Il convient donc de glorifier en toutes manières Jésus-Christ, qui vous a glorifiés, afin que rassemblés dans une même soumission, soumis à l’évêque et au presbyterium, vous soyez sanctifiés en toutes choses.

Je ne vous donne pas des ordres comme si j’étais quelqu’un. Car si je suis enchaîné pour le Nom, je ne suis pas encore accompli en Jésus-Christ. Maintenant, je ne fais que commencer à m’instruire, et je vous adresse la parole comme à mes condisciples. C’est moi qui aurais besoin d’être oint par vous de foi, d’exhortations, de patience, de longanimité. Mais puisque la charité ne me permet pas de me taire à votre sujet, c’est pour cela que j’ai pris les devants pour vous exhorter à marcher d’accord avec la pensée de Dieu. Car Jésus-Christ, notre vie inséparable, est la pensée du Père, comme aussi les évêques, établis jusqu’aux extrémités de la terre, sont dans la pensée de Jésus-Christ.

Aussi convient-il de marcher d’accord avec la pensée de votre évêque, ce que d’ailleurs vous faites. Votre presbyterium justement réputé, digne de Dieu, est accordé à l’évêque comme les cordes à la cithare ; ainsi, dans l’accord de vos sentiments et l’harmonie de votre charité, vous chantez Jésus-Christ. Que chacun de vous aussi, vous deveniez un chœur, afin que, dans l’harmonie de votre accord, prenant le ton de Dieu dans l’unité, vous chantiez d’une seule voix par Jésus-Christ un hymne au Père, afin qu’il vous écoute et qu’il vous reconnaisse, par vos bonnes œuvres, comme les membres de son Fils. Il est donc utile pour vous d’être dans une inséparable unité, afin de participer toujours à Dieu.

Pour aller plus loin

Lettres aux églises, de saint Ignace d’Antioche