Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Le blog des Éditions Blanche de Peuterey

Edition et vente de livres numériques. (ebooks)

Je cherche un livre ou un auteur

Visitez notre site principal : Les Éditions Blanche de Peuterey

« Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe » (Jules Renard)

L’impératrice fatale. Tome 1 : la fille-orchidée

Accueil > Fiches de lecture > L’impératrice fatale. Tome 1 : la fille-orchidée

Fiche de lecture publiée le 21 septembre 2016, écrite par Eric Le Meur

L'impératrice fatale. Tome 1 : la fille-orchidée

Gérald Messadié nous propose un roman historique sur la vie de Tseu-Hi, la dernière impératrice de Chine, qui a régné sur l’Empire du Soleil Levant pendant une cinquantaine d’années. Une prouesse impressionnante en soi, qui plus est pour une femme dans un pays en théorie exclusivement dirigé par les hommes.

Une lutte pour conserver le pouvoir à laquelle nous ne sommes peut-être pas habitués en Europe. Tseu-Hi n’est que la première concubine, mais elle est la mère du fils de l’empereur, qui lui succèdera. Et elle n’a qu’un seul objectif : mettre en place tous les moyens pour rejeter les étrangers, les « barbares » européens. Elle n’hésitera pas à recourir au meurtre des membres de sa famille pour rester en place, et mener à bien sa mission.

Le livre m’a fait découvrir un monde que je n’imaginais pas un seul instant. Alors que je me représentais la Chine comme un pays de raffinement, d’inventions en tout genre, on découvre des dirigeants profondément corrompus, dans un palais impérial où les eunuques (vrais ou faux) ont un rôle insoupçonné.

Le livre est un vrai roman historique, facile à lire, qui donne envie d’en savoir plus sur ce pays. Évidemment, sans chercher à l’atrophier, l’auteur est bien obligé de parler de cette ambiance plutôt sensuelle dans laquelle Tseu-Hi évolue.

Conseil aux parents : ce livre convient plutôt pour un public adulte.

L'auteur de cette fiche

Eric Le Meur

Eric Le Meur

Administrateur de ce site web, créateur des Éditions Blanche de Peuterey. Parce que la lecture nous fait du bien, et que grâce aux techniques nouvelles, on peut plus facilement diffuser de bonnes choses.

Voir tous les articles de cet auteur